Lutte contre la malnutrition infantile

Contribuer à une meilleure prise en charge de la malnutrition par le renforcement des connaissances des personnels soignants et par l’envoi de produits de renutrition adaptés et manquants.

Nos actions à travers le programme Malnutrition :

Le projet malnutrition vise à réduire la mortalité infantile liée à la malnutrition par plusieurs axes d’interventions :

Formations du personnel soignant local ciblées sur la prévention, la détection, la prise en charge et le suivi des situations de malnutrition.
Ce personnel soignant devient lui-même formateur et sensibilise toute la population locale par diverses actions auprès des écoles, des groupements de femmes, des centres de santé, des lieux de culte, etc…

La détection des facteurs de risque et leur prise en charge par les acteurs des centres de santé locaux.

Le traitement gratuit des cas de malnutrition modérés et sévères ainsi que des facteurs déclenchants (infectieux ou parasitaires par exemple) et des complications.

Le suivi dans le temps des malades et des familles à risques.

Distribution de lait thérapeutique
dans le centre de formation de Brazzaville

Atelier nutrition au centre de Enyellé :
« Comment intégrer la spiruline dans l’alimentation quotidienne »

Responsables du Programme contre la Malnutrition :

Dr Virginie Pique et Dr Jean-Francois Lemaître

Contexte en République du Congo :

Ainsi, la République du Congo est confrontée à une importante mortalité juvénile liée à la dénutrition (16 000 en 2015) et se classe parmi les 26 pays de l’Afrique subsaharienne ayant un niveau de malnutrition extrêmement préoccupant.

8% des enfants de moins de 5 ans souffriraient de malnutrition aigüe et 2,6% auraient des formes très sévères.

Au Congo près de 60%  des produits alimentaires proviennent de l’importation.

Face au drame de la malnutrition, le gouvernement s’est engagé en 2013 à prévenir et à réduire la malnutrition en adhérent au mouvement SUN ainsi qu’à travers la 63ème résolution de l’Assemblée Mondiale de la Santé sur la nutrition du nourrisson et du jeune enfant. Le gouvernement congolais s’est donc donné pour objectif de réduire de 50% d’ici 2025, la prévalence de toutes les formes de malnutrition chez les populations vulnérables (0 à 59 mois), les femmes enceintes et allaitantes.

De manière générale, un enfant sur trois ne grandit pas bien en raison de la malnutrition